Le stress manifesté par le burn out en entreprise

et son contraire , aussi préjudiciable: Le bore out , la placardisation ou mise au placard

Dans la société actuelle l'homme se démarque par le travail qu'il fournit et le mérite qui l'y trouve à travers ce que représente pour lui , sa rémunération.
Dans bien des cas les patrons des entreprises profitent des salariés enthousiastes et volontaires pour leur confier nombreuses tâches qui necessiteraient d'employer plusieurs personnes pour mener à bien ces travaux en temps et en heure.

Comme l'employé se sent exister, regardé et valorisé par les demandes de son employeur et sa peur de perdre son travail, il fait le maximum alors , pour lui prouver qu'il est capable d'assumer et d'assurer l'ensemble de ses attentes.Il se sent quelque part flatté mais il risque l'abus face au système pernicieux de l'entreprise.

Il ne pense plus qu'à son emploi jusqu'à s' y perdre et devenir surchargé de travail de stress et fatigue, visant la reconnaissance et une plus value à court ou moyen terme.
Il s'agit alors du burn out ou de l'épuisement mental et physique.
Ne plus savoir penser à soi, prouver à l'autre que l'on est à la hauteur de la confiance qu'il nous a donné, sans vraiment prendre le temps de mesurer les conséquences d'une pression constante pour sa santé mentale comme physique.
Il arrive alors que le corps dise stop et ne puisse plus faire et agir autant qu'avant, sans la prise de médicaments ou d'excitants permettant de tenir le rythme effreiné!
C'est là que le souci commence,il devient déséquilibré et sa dynamique l'entourbillonne jusqu'à lui donner le vertige, la migraine, l'envie de vomir et de grands maux de dos.
Tout est donc une question de proportion et d'équilibre!
Il y a fusion entre son faire et son être et le faire efface l'être à son profit.

A ce moment cohabitent les dégats personnels comme professionnels, et notre homme se sent incompris et jugé.
Son sentiment de culpabilité lui pèse et le hante. Il a l' impression d'être sous le feu des balles incessantes et pressé comme un citron.
Le travail en thérapie aide alors à comprendre pourquoi l'homme s'est tant donné à son travail en s'oubliant?
Que cherchait il à prouver? A trouver dans ce sur investissement?
Quelle compensation pensait il trouver?
Quel lien y fait il avec sa relation parentale dans son enfance, ou ses parents exigeaient de lui un dépassement de sa personne? Ou l'inverse?
A se minorer ou à se maximiser?
Aprés reflexion, notre homme retrouve sa vraie nature et l'objet véritable de ses envies ,confiance en lui et en son efficacité.
Travaillant avec une avocate ,nous assurons aussi l'encadrement et la protection juridique parfois necessaire pour faire reconnaître à l'entreprise leur part de responsabilité.

  • Quant au bore out: la maladie de l'ennui au travail

Une fois que notre homme a été pressé comme un citron et qu ' il a perdu tout son jus, pour s'en débarrasser sans frais, l'employeur le met au placard.
Cette stratégie est perverse car l'homme se retrouve en ennui total , jusqu'à se demander ce qu'il fait là, perd complètement son estime de lui même , et son identité dans l'entreprise. Il s'asséche et se dessèche jusqu'à tomber en dépression et en sentiment d'échec. Il n'a plus rien à faire, est payé à ne rien faire, n"a plus rien à raconter et la honte le gagne auprés de son entourage.
L'entreprise a eut ce qu'elle voulait!
Le dégouter et le rendre malade , pour que de lui même, il s'inscrive en maladie et retombe dans la spirale de l'ascenceur social.
Moins cher qu'un licenciement et bien plus subtile, l'employeur y trouve bel et bien son compte en considérant notre homme comme un kleenex jetable et interchangeable.

Stage de développement personnel et thérapie individuelle que je vous propose

Stage "je suis timide et je m'en sers"

Art-thérapie en entreprise