Energie du ventre, du coeur et de la tête

centre tête, centre coeur, centre ventre psychologie
centre tête ventre coeur
centre tête, centre coeur, centre ventre psychologie

 

  • Le cerveau reptilien, qui nous renvoie à nos instincts, à nos réflexes, à notre côté incontrôlable
  • Le cerveau limbique qui nous renvoie à nos émotions, à nos sentiments
  • Le néocortex qui nous renvoie aux fonctions « supérieures » (mémoire, capacité d’abstraction etc).

Dans la sagesse populaire cependant, on parle de l'énergie du ventre du cœur et de la tête. On parle de « centre instinctif » (cerveau reptilien/tripes), de « centre émotionnel » (cerveau limbique/coeur) et de « centre mental » (néocortex/tête).

Les trois centres peuvent être vus comme trois organes ayant chacun une utilité :

  • Le centre instinctif est le siège de l’action, du réflexe (respirer, marcher etc)
  • Le centre émotionnel nous sert à entrer en relation avec les autres, mais aussi avec nous même (ressentir)
  • Le centre mental quand à lui, est le siège de la réflexion, de la planification (peser le pour et le contre avant d’agir). C’est le lieu de la conscience réflexive (« je suis conscient d’être conscient »).

De l’utilisation de nos différents centres

Centre instinctif,centre émotionnel ou centre instinctif?

 

  • Si je fais appel à mon centre instinctif, j'agis pour survivre, et passer immédiatement à l’action.
  • Si je fais appel à mon centre émotionnel, je vais sans doute m interroger et parfois me laisser déborder par mes émotions, ma colère ma tristesse face à telle ou telle catastrophe.
  • Si je fais appel à mon centre mental, je vais être dans une hyper lucidité de la situation, pour analyser froidement quelle est la bonne stratégie ou réaction à avoir.

Tout l’enjeu se résume à notre capacité à jouer la bonne carte, le bon centre, au moment opportun : quand je joue  le centre mental m’est certainement très utile. Mais quand il s’agit de faire comprendre à l’autre combien je l’aime, il vaut mieux laisser s’exprimer le centre émotionnel.

3 grandes typologies de personnes

Les trois centres sont présents chez chacun d’entre nous, mais leur ordre de priorité va varier d’un individu à l’autre.On obtient dés lors 3 grandes typologies de personnes, que par abus de langage nous appellerons parfois « les instinctifs », « les mentaux », et « les émotionnels ».

Précisons immédiatement qu’ il est tout à fait possible qu’un individu s’avérant être un « Instinctif » ait un quotient intellectuel supérieur à celui d’un autre individu ,  même si ce dernier est un « Mental ». Nous n’insisterons jamais assez sur le fait que les instinctifs ne sont pas tous des brutes, que les mentaux ne sont pas tous des prix nobels, et que les émotionnels ne sont pas tous des poètes.

Le concept de centre « préféré » définit, en situation de stress, comment nous allons nous rabattre sur ce que nous faisons le mieux : L’habitude va nous dicter quel centre activer en premier.

Le centre instinctif vs le centre émotionnel

Le centre instinctif passe son temps à établir des comparaisons inconscientes entre la situation présente et les expériences précédentes vécues et opte pour ce qui avait fonctionné la dernière fois (principe de réflexe conditionné). Il y a donc une notion sous-jacente de lien au passé.

L’émotion est instable, changeante, ce qui signifie que le centre émotionnel est la part de nous qui vit l’instant présent.

Le centre mental quant à lui va surtout passer son temps à planifier le futur (« que va-t-il se passer ? »)

Chacun des trois centres est animé par une énergie émotionnelle différente, qui va donner une coloration spécifique à sa manifestation.

L’énergie associée au centre instinctif est la colère. Il s’agit bien d’une énergie qui vient des tripes, pas d’une colère « mentale »

Le centre instinctif est « seul face au monde », on est dans une énergie « expensive ». La problématique est « comment survivre ? ».

Le centre émotionnel, puise ses ressources dans un paradigme « moi et les autres ». Entre moi et les autres, il y a des émotions, un ressenti, qui changent tout le temps. Va donc se poser la question de définir son identité, c’est à dire ce qui ne change pas. La question posée est donc "Qui suis-je ?"

Tout le problème dépend de cela

"Suis je vraiment moi même ou conditionné à outrance par mon cerveau reptilien?". Viens avec ceci la peur de ne pas être à la hauteur de qui l' on croit être, conditionné par le regard parental ou sociétal on parlera alors d’une énergie de « dépression » marquée par la tristesse.

Le centre mental essaie de gérer cet équilibre instable entre surpression et dépression, en organisant le futur. Mais comme le futur est toujours inconnu et imprévisible, il est en permanence marqué par la peur.

On ne peut pas tout anticiper, il faut savoir s' adapter et identifier ses peurs.

L’enjeu est ici : « comment gérer ma peur ? » / D' ou vient elle? / De quel cerveau?

 

Se connaitre réellement et comprendre sa véritable identité

 

Le Rebirth intra-utérin, ma technique opère parfaitement pour se connaitre réellement et comprendre sa véritable identité sans systématiquement se retrouver débordé par des réflexes de peur et de colère d'enfance, pour en finir avec nos réflexes qui agissent en nous comme un virus, un cheval de Troye qu'aucun logiciel n'est capable d'appréhender, si le virus n'est pas tout bonnement détruit.