La psychologie s’invite au 39ième Congrès de Médecine Esthétique et Chirurgie dermatologique

Tandis que s’organise la 39ième édition du Congrès National de Médecine Esthétique et de Chirurgie Dermatologique, qui se tiendra les 7 et 8 septembre prochains au Palais des Congrès de Paris, la Psychologue Comportementaliste Valérie Grumelin Halimi se prépare à intervenir sur le thème de l’appréhension de la psychologie du patient. À l’heure où la communauté médicale s’affole de l’engouement croissant des jeunes patients pour les visages « effet Snapchat », psychologie et chirurgie esthétique ont peut-être plus à voir qu’il n’y paraît de prime abord…

Au programme de l’événement

 

La 39ième édition d’un Congrès National des plus prisés

Conjointement organisé au Palais des Congrès de Paris par l’Association Française de Médecine Esthétique et anti-âge (AFME) et la Société Française de Médecine Esthétique (SFME), le Congrès National de Médecine Esthétique et de Chirurgie Dermatologique mise comme chaque année sur un beau programme : forums de Formation Médicale Continue (F.M.C.) pour les jeunes médecins désireux de se former, séances scientifiques de haut niveau, plusieurs dizaines d’ateliers pratiques vidéo retransmis, exposition de produits et de matériels pour l’esthétique médicale et chirurgicale, accueil de grands Groupes ou encore tables rondes de perfectionnement pour les médecins déjà installés.

 

La Journée de Formation pour les Assistant(e)s

 

 

Fort de son succès en 2017, la Journée de Formation pour les Assistant(e)s en Médecine et Dermatologie Esthétique est reconduite. Elle se tiendra le samedi 8 septembre et profitera cette année d’un nouveau programme de formation pour les futur(e)s Assistant(e)s en Cabinets de Médecine Esthétique et Chirurgie Dermato. La psychologue Valérie Grumelin interviendra à cette occasion.

 

Psychologie, Médecine esthétique & Chirurgie dermatologique

 

Appréhender la psychologie du patient en médecine esthétique et chirurgie dermatologique

Une écoute respectueuse du patient

La mission fondamentale du psychologue est de faire reconnaître et respecter la personne dans sa dimension psychique. Le psychologue, par son écoute, donne à toute personne l’occasion de s’exprimer et d’être entendue pour ce qu’elle est, sans qu’un jugement moral soit porté. Le rôle premier d’un psy n’est certainement pas de vouloir tout connaître de son patient, mais d’accueillir la parole, en toute simplicité et avec bienveillance.

Espérer Vs. Attendre, rêves Vs. illusions

Psychologue – Psychothérapeute, Valérie Grumelin entend expliquer aux assistantes en Cabinets de Médecine Esthétique et de Chirurgie Dermato, la psychologie du patient, afin de faciliter leur appréhension, améliorer la gestion de leur stress et se prémunir d’éventuels mécontents. En suggérant une approche de prise en charge adaptée au désir de chaque patient, elle va permettre aux chirurgiens esthétiques d’évaluer très clairement leurs attentes, sans verser dans l’illusion ni la déception permanente.

Valérie Grumelin, psychologue, psychothérapeute comportementaliste

La psychologie souvent à l’origine d’un désir de chirurgie esthétique

En matière de chirurgie esthétique, la psychologie est à l’origine de la plupart des désirs des patients. Recevant quotidiennement des patients « mal dans leur peau », déjà adeptes ou tentés par la chirurgie esthétique, la psychologue connaît bien le sujet, et entend partager ses connaissances avec les acteurs du secteur en première ligne, à l’occasion de cette journée de formation.

Pour en savoir plus sur l’événement : http://www.sfme.info/congres-medecine-esthetique

 

 

Le mot de la psy

 

« Existe-t-il un lien réel entre psychologie et chirurgie esthétique ? Et si en complément d’un acte esthétique il fallait mieux s’aimer, mieux s’écouter, mieux se comprendre pour s’embellir de l’intérieur vers l’extérieur ? Au cours d’une consultation de médecine ou de chirurgie esthétique, la psychologie doit avoir une place importante. Cela se comprend par le fait qu’il existe un lien affirmé entre la peau et le cerveau. Par exemple le psoriasis vous amènera à aborder une colère rentrée, s’il s’agit d’eczéma il faudra parler de son angoisse, tandis que la perte des cheveux sera liée à la peur, etc.

Des travaux récents viennent ainsi de montrer les effets du parfum sur l’immunité de la peau : une réaction allergique cutanée a pu être régulée grâce à la simple inhalation d’une fragrance. Ces champs d’investigation sont passionnants, car ils auront de nombreuses répercussions sur notre vie quotidienne. 

Il semble que les neuromédiateurs – ces messagers chimiques circulant entre peau et système nerveux – puissent exercer une influence tant sur l’épaisseur des tissus que sur la fabrication du collagène et du sébum, sur la pigmentation de la peau ou encore sur sa réponse immunitaire. Image de notre identité profonde et superficielle, reflet de notre existence, la peau apparaît de plus en plus comme un lieu de mémoire, où notre vie laisse, au fil du temps, une empreinte indélébile.

Évidemment, la psychologique ne constitue pas la seule et unique réponse à apporter, et la chirurgie esthétique non plus, tel qu’en témoignent les nouvelles attentes de la nouvelle génération de « patients 3.0 ». Il ne s’agit pas pour la psychologie de remplacer les actes chirurgico-esthétiques, mais de leur ajouter peut-être une dimension aussi holistique que complémentaire pour le patient. Chirurgie esthétique et psychologie ne sont pas incompatibles, loin de là ! »

 

 

 

Prendre rdv pour une consultation

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail